dimanche 25 mars 2012

The beauty of the urban side of Courbevoie

We took photos of the urban side of Courbevoie. When we think about la Défense, we think about grey skyscrapers, a sad and a gloomy atmosphere. La Défense is also associated with the idea of crowd, of the corporate world. We wanted to show that the city had a certain form of beauty.

On the first photo we can see la Grande Arche, one of la Défense's landmarks surrounded by buildings. This ensemble is reflecting itself in the iced lake, with the Arche in the middle, like perfect symmetry. We can imagine watching a "parallel world" in which the modern and design street lights produce, on the iced water, a futurist atmosphere. The clear winter sky gives a peace impression.

Here, we can see typical la Défense scenery. There are some buildings, a road with cars, but if you look carefully you can see that the buildings with glass facades are reflected into each other. The reflections are distorted and it's like a giant game of distorting mirrors.

In Courbevoie, of course, there are buildings, but vegetation is also there. On this photo, the buildings are circled by trees, plants. They are in a vegetation frame. This photo proves that the humans need nature, parks, garden because they would become mad without it. Indeed, nature provides calm, tranquility which is an escape from the busy, noisy life we have in our modern society.

This shows that a city can be filled by buildings, houses, but it still is beautiful and pleasant. This photo shoot helped us realize that Courbevoie is an agreeable place to live and it has hidden side that we could not have imagined before.

Harshita, Louise and Abdu

Sherlock Holmes and the missing mystery

Sherlock Holmes (Robert Downey, Jr.) and his famous sidekick, Doctor John Watson (Jude Law) must save the world all over again. They must save it from Sherlock’s arch-nemesis, Professor Moriarty (Jared Harris), with the help of a gypsy named Sim (Noomi Rapace) and Holmes’ older brother, Mycroft (Stephen Fry).
The story centers on a series of bombings across Europe that have amplified tensions between France and Germany. Yet, Holmes sees a hidden hand behind this, the academic and renamed author, Professor James Moriarty.
“A Game of Shadows” has a disjointed plot and an unintelligent mystery. The focus is on the action sequences and clever humor. The real point of this steampunk is the bantering byplay between Holmes and Watson punctuated by explosions, gunfire and pretentious action sequences.
The movie has some positive points like the sumptuous music score by Hans Zimmer or the comical and witty portrayal of Mycroft Holmes by Stephen Fry. But, that is quite all.
Although, the thought of an authentic Sherlock Holmes movie is absurd nowadays, here, the reinvention of the world’s most famous detective miscarries.
Holmes is more a Victorian James Bond than the calm and intellectual detective we all know about. In Arthur Conan Doyle’s book, we did love to follow Holmes deduction when ghastly crimes occurred and solutions were needed. But here we hardly get to see Holmes playing violin even for a moment and showing us how he reaches conclusions.
A Game of Shadows is a modern action movie served with a messy and confused story, played in costumes. Even the evil plot of Moriarty turns out to be ridiculous.
Robert Downey, Jr.’s Holmes is childish and belligerent, hurrying along and fooling around. His portrayal is fit for the modern day moviegoers, who want to see an action hero not the legendary detective with his smoking pipe and his deerstalker solving calmly “Conan Doyle’s drawing-room” mysteries.
Jude Law’s portrayal is better in this movie because he has a bigger part, though there isn’t any chemistry between him and Downey, who overshadows his performance and don’t leave him enough space to develop Watson’s character.
The portrayal of Moriarty is a little bit disappointing. First, he doesn’t show much on-screen and he is dwarfed by the events and other unimportant characters. Jared Harris fails to give Moriarty his disturbing and sadistic aspect.
Sherlock Holmes: “A Game of Shadows” trades brains for brawn. It is a sheer entertainment blockbuster, perfect for the holiday season. It is a faced-paced, but sometimes boring, movie because of the absence of a real suspense. Its main aim is the game, the action game, better played with swagger than with the intellect.

Rating: 2.5/5

Sherlock Holmes et le mystère manquant

Sherlock Holmes (Robert Downey Jr.) et son célèbre acolyte, Docteur John Watson (Jude Law) doivent sauver le monde une fois de plus. Ils doivent le sauver de l’ennemi juré de Sherlock, le Professeur Moriarty (Jared Harris), avec l’aide d’une gitane nommée Sim (Noomi Rapace) et du frère aîné de Holmes, Mycroft (Stephen Fry).
L’histoire est centrée sur une série d’attentats à la bombe à travers l’Europe qui a amplifié les tensions entre la France et l’Allemagne. Cependant, Holmes voit une main cachée derrière tout cela, celle d’un auteur renommé, le Professeur James Moriarty.
« Jeu d’ombres » possède une intrigue chaotique et un mystère sans mystère. L’accent est mis sur les scènes d’action et sur un humour malin. Le vrai but de ce film rétrofuturiste est le jeu accessoire et railleur entre Holmes et Watson ponctué d’explosions, de coups de feu et de scènes d’actions prétentieuses.
Le film a quelques points positifs comme la somptueuse bande originale due à Hans Zimmer ou le portrait comique et plein d’esprit de Mycroft Holmes par Stephen Fry. Mais c’est à peu près tout.
Bien que l’idée d’un authentique Sherlock Holmes soit absurde de nos jours, ici, la réinvention du détective le plus célèbre du monde est trop appuyée. Holmes est plus un James Bond victorien que le détective calme et intelligent que nous connaissons tous. Dans les livres d’Arthur Conan Doyle, nous adorions suivre les déductions de Holmes quand des crimes se produisaient et que des solutions étaient nécessaires. Mais ici on voit à peine Holmes jouer du violon et nous montrer comment il parvient à ses conclusions.
Jeu d’ombres est un film d’action moderne servi par une histoire embrouillée et confuse, joué en costumes. Même le plan diabolique de Moriarty s’avère ridicule.
Le Holmes de Robert Downey Jr. est puéril et agressif, agité et souvent niais. Son interprétation conviendra peut-être au spectateur qui préfère voir un héros d’action que le détective légendaire avec sa pipe et son deerstalker en train de résoudre calmement les mystères de Conan Doyle dans son salon.
L’interprétation de Jude Law est meilleure parce qu’il a un rôle plus important, bien qu’il n’y ait aucune alchimie entre lui et Downey, qui éclipse sa performance et ne lui laisse pas assez de place pour développer le personnage de Watson.
L’interprétation de Moriarty est un peu décevante. D’abord, on ne le voit pas assez à l’écran et il est éclipsé par les événements et autres personnages secondaires. Jared Harris n’a pas pu donner à Moriarty son aspect inquiétant et sadique.
Sherlock Holmes : « Jeu d’ombres » échange l’intelligence contre les muscles. Il s’agit d’un blockbuster de pur divertissement, parfait pour la période des fêtes. C’est un film rythmé, parfois ennuyeux, car il manque un vrai suspense. Son but principal est le jeu, le jeu d’action, qui la joue à l’épate et pas à l’intellect.

Note : 2.5/5

Harshita

La mer à boire - portrait of a drowning man



Georges Pierret is the boss of a small company that builds luxury boats, he has some values such as the love of job well done, respect for employees with whom he is quite paternalistic. But his best friend set himself on fire after the receivership of his business. After this tragic event everything abruptly changes. The bank of Pierret refuses to grant him a credit to enlarge his business and for an incomprehensible reason, he finds himself strangled by debts.

The bank therefore forces him to lay off half of its staff. The workers will go on strike and then occupy the plant. To save the firm to which he devoted is life, Pierret fights shady bankers, a competitor who wants to buy his firm, one of its shareholders ready to abandon him -the brother of his deceased wife-, his workers but also himself.

The film was shot in Toulon in southern France. Despite the sadness of the story, the setting is sunny and pleasant. Jacques Maillot -the director- takes a direct and sober look at the difficult situation where the characters are immersed and does not fall into the trap of pathos or self-pity. The problem of the crisis is approached in an original way because we don't perceive it from the point of view of the employees but from the point of view of the boss who is obliged to make sacrifices to save his company. The "bad guys" are not bosses but bankers.


Jacques Maillot has a slightly over simplistic vision of the crisis. For example Pierret’s company collapses but we don’t understand why, we can find nothing to explain the reason for his debts, since his business seems to be thriving. Vicious bankers, greedy shareholders, a competitor richer but less gifted, nice but not very clever and rather violent employees, a Russian swindler… characters are stereotyped and reduced to clichés. The scenario also has many flaws. Secondary characters go and come, disappear without reason. Pierret has an intense love story with a guide he met in Russia but the story doesn't make any progress and we have the feeling that it is there just to fill a void in the scenario. Jacques Maillot's vision of the crisis is also too bleak, the life of each character is destroyed, and nobody is able to achieve happiness. Pierret has to face too many misfortunes, the movie loses credibility. The end is completely implausible.


The film is really centered on the character of Pierret, an honest boss, respectful of his employees but far from perfect since he will accept to sacrifice half of them. Although at the beginning of the film he feels quite melancholy because of the death of his wife -he regularly sees her ghost-, he fights with all his strength to the end. Daniel Auteuil plays without excess and accurately he is able to touch the viewer. The secondary characters are also well played and attract our interest but they are quite mishandled by the scenario and lack of depth.

La mer à boire is a social drama which may be disappointing but nonetheless this genre fans can watch it because the viewer is captivated by the many obstacles that the hero must overcome and his efforts to manage. The performance of Daniel Auteuil is quite convincing.



La mer à boire : portrait d’un homme qui se noie

Georges Pierret est le patron d’une petite entreprise qui construit des bateaux de luxe, et qui possède certaines valeurs comme l’amour du travail bien fait, le respect des employés avec qui il se montre assez paternel. Mais son ami s’immole par le feu après la mise en redressement judiciaire de son entreprise. Après ce tragique évènement tout bascule. La banque de Pierret refuse de lui accorder un crédit pour agrandir son entreprise et il se retrouve étranglé par les dettes sans que l’on comprenne vraiment pourquoi.

Sa banque le contraint donc à licencier la moitié de son personnel. Ceux-ci se mettront en grève et occuperont alors l’usine. Pour sauver l’entreprise à laquelle il a consacré sa vie, Pierret lutte contre des banquiers véreux, un concurrent qui souhaite le racheter, un de ses actionnaires prêt à l’abandonner –le frère de sa femme décédée-, ses ouvriers mais aussi lui-même.

Le film a été tourné dans le sud de la France, vers Toulon. Malgré la tristesse de l’histoire, le cadre est ensoleillé et agréable. Jacques Maillot –le réalisateur- porte un regard direct et sobre sur la situation difficile dans laquelle les personnages du film sont plongés et ne tombe pas dans le piège du pathos et de l’apitoiement. Le problème de la crise est abordé sous un angle original puisque nous ne le percevons pas du point de vue des salariés mais du point de vue du patron qui est obligé de faire des sacrifices pour sauver son entreprise. Les « méchants » ne sont plus les patrons mais les banquiers.

Jacques Maillot donne justement une vision un peu trop simpliste de la crise. Par exemple l’entreprise de Pierret s’effondre mais l’on ne comprend pas pourquoi, nous ne pouvions rien trouver qui explique la raison de ses dettes puisque son entreprise avait l’air d’aller très bien. Des banquiers pervers, des actionnaires cupides, un concurrent plus riche mais moins doué, des salariés gentils mais pas très malins et un peu violents, un escroc russe… les personnages sont enfermés dans des clichés. Le scénario possède également de nombreuses lacunes. Des personnages secondaires vont et viennent, disparaissent sans raison. Pierret a une aventure amoureuse passionnée avec une guide qu’il a rencontré en Russie mais elle n’apporte rien à l’histoire et on a l’impression qu’elle n’est là que pour combler un vide dans le scénario. Sa vision de la crise est aussi trop catastrophiste, la vie de chaque personnage est détruite, aucun ne parvient à atteindre le bonheur. Il arrive presque trop de malheurs à Pierret pour que cela soit réaliste. De plus la fin est complètement invraisemblable.

Le film est vraiment centré sur le personnage de Pierret, ce patron honnête et respectueux de ces salariés mais qui n’est pas non plus parfait puisqu’il acceptera de sacrifier la moitié de ses employés. Bien qu’au début du film une grande mélancolie l’habite à cause de sa femme décédée -il voit fréquemment son fantôme- il se bat de toutes ses forces jusqu’au bout. Daniel Auteuil joue sans excès et avec justesse il parvient à toucher le spectateur. Les personnages secondaires sont aussi bien joués et attirent notre intérêt mais ils sont assez malmenés par le scénario et manquent de profondeur.

La mer à boire est un drame social qui peut décevoir mais les amateurs du genre peuvent tout de même aller le voir car malgré tout le spectateur est captivé par les nombreux obstacles que le héros doit surmonter et ses efforts pour s’en sortir. La prestation de Daniel Auteuil est tout à fait convaincante.

Louise

samedi 24 mars 2012

Into the wild

Yearning to be free


After his Emory university degree, Christopher McCandless, an extremely talented student, decides to change his life.
He gives his $25,000 to Oxfam International and he renames himself “Alexander Supertramp”.
He hitch-hikes to Alaska to live in harmony with nature. During his trip, Christopher will meet a series of characters that will highly enrich his life.

This adaptation from the non-fiction best seller written by Jon Krakauer questions our way of life and what we could do to improve our simple existence.
With this exceptional human adventure, the director, Sean Penn manages to provide another vision of the world and invites us to dream, the most beautiful natural landscapes of North America are rolling in front of our eyes: canyons and deserts farther south, the wheat fields of the northern prairie, Alaska...
Eddie Vedder, the soundtrack composer handled his music so that our emotions perfectly match McCandless'.

Yet, until the middle of the film we do not clearly understand the goal of the story so, people could be bored.
Then, it is much based on feelings and romanticism but less on human truth. Even, it almost leads to spiritual meditation: Mr Penn gives McCandless a Christ-like figure; Christopher shows the persons he meets the real value of life, he also changes their destinies. I do not enjoy this aspect of the story because I think this film depicts freedom, especially the freedom of thought.

The actors well embody their characters. Emile Hish (McCandless) credibly stresses the sensibility, the desire for freedom and the harmony with nature of Christopher.
It is relevant to see that every character brings a little of their personality to the hero. McCandless meets uncommon and enriching people: a retired military man (Hal Holbrook), a farmer (Wayne Westerberg), a hippie couple living in a van (Rainey and Jan Burres). This kind of people is not usually filmed but they represent authentic icons.
At least, Hal Holbrook was outstanding in spite of his old age. Indeed for his delivery, he was nominated for the best supporting actor prize at the 80th Academy Awards.


In a nutshell, Mr Penn draws his hero with passion. So, his film is very controversial, it transcends or bores. Ideal for emotional people, you have to let yourself overwhelm by feelings. Watch this film; you will exit with a heavy heart.


                                                   Soif de liberté



Après son diplôme à l'Université d'Emory, Christopher McCandless, un brillant étudiant, décide de changer radicalement de vie.
Il fait don de ses 25.000 $ d'économie à Oxfam international et se rebaptise «Alexandre Supertramp».
Il entreprend de voyager en auto-stop jusqu'en Alaska pour pouvoir vivre en harmonie avec la nature. Durant son périple, Christopher rencontrera une succession de personnes qui enrichiront fortement sa vie.

Cette adaptation cinématographique de l'histoire vraie écrite par Jon Krakauer nous amène à réfléchir sur notre mode de vie et sur ce que nous pourrions apporter de plus à notre simple existence.
A travers cette exceptionnelle aventure humaine, le réalisateur, Sean Penn a réussi à nous donner une autre vision du monde.
Mr Penn nous invite à rêver, les plus beaux paysages d'Amérique du nord défilent tout au long du film: les canyons et déserts du sud, les champs de blé des prairies du nord, l'Alaska,...
Eddie Vedder, chargé d’écrire la bande-son, a parfaitement adapté ses musiques, de telle sorte que nos émotions se superposent à celles de McCandless.

Pourtant, jusqu'au milieu du film nous ne saisissons pas bien le but de l'histoire. Ainsi, les spectateurs peuvent s'ennuyer et le film peut sembler avoir des longueurs.
Ensuite, le film est plus orienté sur les sentiments et moins sur la vérité humaine. Il devient plus romantique, et nous amène à plus de spiritualité. Sean Penn fait endosser à Christopher le rôle du Christ : il montre aux personnes qu'il rencontre la vraie valeur de la vie et change leur destin.
Je n'ai pas trop apprécié cet aspect de l'histoire car je pense que le film dépeint la liberté, particulièrement la liberté de penser.

Les acteurs incarnent bien leurs personnages. Emile Hish (McCandless) nous renvoie de façon crédible la sensibilité, le désir de liberté et l'harmonie avec la nature de Christopher.
Il est intéressant de voir que tous les protagonistes apportent un peu de leur personnalité à notre héros. McCandless rencontre des personnes uniques et originales et enrichissantes: un militaire retraité (Hal Holbrook), un agriculteur (Wayne Westerberg) un couple de hippies vivant dans un van (Rainey and Jan Burres). Ce style d'individus est rarement filmé bien qu’ils soient de véritables symboles.
Enfin, Hal Holbrook était sensationnel malgré son grand âge. En effet, grâce à sa prestation, il a été nominé pour le prix du meilleur acteur dans un second rôle aux oscars de 2008.

En résumé, M Penn a dessiné son héros avec passion. A tel point que son film est très discuté, il transcende ou ennuie. Idéal pour les émotifs, il faut se laisser submerger par les sensations. Regardez ce film, vous en sortirez le cœur gros.


Amandine

Boxing with a vengeance

Million Dollar Baby is a fascinating story of determination and tenacity. Maggie Fitzgerald, starred by Hillary Swank, is a poor thirty-one-year-old waitress from the lower classes. This ill-starred girl decides to make the difference through boxing. So, she walks into Frankie’s gym to carry out her dream of becoming a well-known boxer.

Clint Eastwood’s character, Frankie Dunn, the gym owner, has trained and managed some incredible fighters like Eddie Dupris, “Scrap”, Played by Morgan Freeman. Scrap is now the assistant of Frankie and the caretaker of the gym. Frankie is skeptical about female fighters so when he sees Maggie in his gym, he immediately tells her he won’t train her and says she was too old to become a boxer. However thanks to her determination and Scrap’s support, who by the way gives her pointers on how to improve, Maggie finally gets Frankie to train her. It then becomes a beautiful story of paternal love which drives her to the top.

Million Dollar Baby, wonderful led from beginning to end by Morgan Freeman’s voice which supplies voiceover narration, is well-served by talented actors. Mr. Eastwood is perfect in the role of this gruff and touching trainer. I think also that Million Dollar Baby is attractive and original because of female boxing. That is where the strength of the film lies. In this story, emotion contrasts with the violence of fights and life. And this is what makes the film wonderful. The story is not just about paternal love between a trainer and his protégé; it also prompts ethic questions especially at the end.

The three main characters are deeply engaging because of their personal stories. Both men carry some frustration and regret. Frankie hasn’t any contact with his daughter and Scrap lost an eye during his 109th fight which marked the end of his career. Frankie feels responsible for this loss because he was the trainer of Scrap and he didn’t stop him during this fight.

That’s why Frankie is now afraid to take his fighters to the top because he will feel guilty for a hypothetical loss. He reads Yeats, studies Gaelic and goes to Mass every day because he is consumed with remorse. This part of guilt prevents him from getting close to anyone. He doesn’t show his emotions. Scrap is his only friend, the only person who understands and knows Frankie. This former boxer is also the only one who never leaves Frankie for another manager. He is always by Frankie’s side. Scrap’s warmth plays against Frankie’s gruff reserve. This complementarity forms the bases of the story. The character of Maggie is the centerpiece of the film. She manages to pierce Frankie’s shell. She complements him perfectly. For him, she replaces his missing daughter and for her, he is a necessary compensation for the cruelty of fate. Indeed, Maggie lost her father and the rest of her family hates her. She is alone, she is poor and she manages by herself. Boxing is everything for her and it is her last chance to get out of poverty. All the characters are touching because life is merciless and in this film the remedy is brotherly love.

Million Dollar Baby, written by Paul Haggis and based on a story of F.X Toole, is a wonderful and breathtaking film with a beautiful story of determination. This production of Warner Bros pictures raises questions about life and dreams. It is a hard, sad but lovely film. No wonder it was awarded four Oscars. So, if you can have the chance to see it, take it. 
                                                          
 My rating : 5/5

Revanche sur la vie

Million Dollar Baby est une histoire fascinante de détermination et de ténacité. Maggie Fitzgerald, incarnée par Hillary Swank, est une pauvre serveuse de trente et un an. Cette femme née sous une mauvaise étoile décide de prendre son destin à contre-pied grâce à la boxe. Son rêve de devenir une boxeuse adulée la pousse à franchir la porte du gymnase de Frankie.

Le personnage de Clint Eastwood, Frankie Dunn, propriétaire de la salle de boxe, a entrainé quelques combattants exceptionnels comme Eddie Dupris, surnommé « Scrap », interprété par Morgan Freeman. Scrap est maintenant l’assistant de Frankie et le gardien de la salle. Frankie est sceptique à l’égard des boxeuses. Lorsqu’il aperçoit Maggie dans sa salle, il lui dit immédiatement qu’il ne l’entraînera pas et qu’elle est de toute façon trop âgée pour une quelconque carrière. Mais grâce à sa détermination et au soutien de Scrap, qui lui donne des conseils pour progresser car il voit en elle un grand potentiel, Frankie accepte finalement d’être son entraîneur. Commence alors une belle histoire d’amour paternel qui propulsera Maggie au sommet.

Million Dollar Baby, magnifiquement mené du début à la fin par la voix de Morgan Freeman jouant le rôle du narrateur, est servi par de talentueux acteurs. M. Eastwood incarne à la perfection cet entraîneur à la fois bourru et sensible qu’est Frankie. Mais c’est surtout la boxe féminine qui rend Million Dollar Baby original et attractif. C’est là que réside tout l’intérêt du film. Dans cette histoire, les émotions contrebalancent la violence des combats et de la vie et c’est ce qui rend le film magique. Le film ne parle pas uniquement d’un amour paternel entre un entraîneur et son poulain, il pose également de réelles questions éthiques, notamment à la fin.

Les trois personnages principaux sont touchants de part leurs histoires : les deux hommes transportent des regrets et de la frustration, Frankie a perdu tout contact avec sa fille et Scrap a perdu un œil lors de son 109ème combat, ce qui a marqué la fin de sa carrière.  Frankie se sent d’ailleurs responsable par rapport à Scrap car il était son entraîneur et il ne l’a pas arrêté. Frankie est maintenant terrorisé à l’idée d’emmener ses boxeurs au sommet car il ne veut pas être coupable d’un éventuel accident. Frankie lit des poèmes de Yeats et étudie le gaélique. Il va régulièrement à la messe car il est rongé par les remords. Cette part de culpabilité l’empêche de se lier avec qui que se soit. Il masque aussi ses émotions. Scrap est son seul ami, la seule personne qui le connaît et le comprend. Cet ancien boxeur est également le seul à n’avoir jamais délaissé Frankie au profit d’un autre entraîneur. La chaleur de Scrap joue magnifiquement bien avec la réserve de Frankie, cette complémentarité apparaît comme la base de l’histoire. Mais Maggie n’en reste pas moins la pièce maîtresse du film. Elle est parvenue à percer la carapace de Frankie. Ces deux personnages se complètent parfaitement. Pour lui, elle remplace sa fille et pour elle, il est une compensation nécessaire à son cruel destin. En effet, Maggie a perdu son père et sa famille la déteste. Elle est seule, pauvre. Elle s’en sort en ne comptant que sur elle-même. La boxe représente tout pour elle, c’est sa seule porte de sortie vers une vie meilleure. Tous ces personnages sont touchants parce que la vie ne fait pas de cadeaux et ici le remède est l’amour fraternel.

Million Dollar Baby, écrit par Paul Haggis et basé sur une histoire de F.X Toole, est un film de détermination à couper le souffle. Cette production de Warner Bros Pictures soulève des interrogations sur la vie et sur les rêves. C’est un film dur, triste mais tellement beau. Les quatre oscars sont pour moi amplement mérités. Donc si vous n’avez pas encore vu ce film et que la possibilité de le voir se présente, saisissez votre chance.

Ma note : 5/5

Lucile

mercredi 21 mars 2012

THE IDES OF MARCH, assessing the damage

 
Source : http://1.bp.blogspot.com/-1oECuyHyWvQ/To1TDQ7xgII/AAAAAAAAAHQ/5MTCKOcjKpw/s1600/The+Ides+of+March.jpg 

George Clooney’s first film illustrates how the battle for power can make people “jaded and cynical”, as a fictive campaign director said. The story takes place nowadays during the Democrats’ primaries in Ohio which opposes Senator Pullman (Michael Mantell) - whom you won’t see much in the film – to Governor of Iowa Mike Morris played by George Clooney himself. The main scenes focus on the tactical fight between the members of their campaign teams and also among people of the same team.
Actually, you will see how the director of Morris’ campaign Paul Zara (Philip Seymour Hoffman) and his smart assistant Stephen Meyers (Ryan Gosling, discovered in Drive) work to thwart the stratagem of their opponent Tom Duffy (Paul Giamatti). And even if the theme of people corrupted by politics is nothing new, nor is the story of the young ambitious assistant trying to grab his boss’ position, you will learn all about tricks, loyalty tests, betraying and cheating,
Mr. Clooney also expresses some contradictions in his fictional campaign: the governor speaks about protecting the environment, stopping wars and restoring America’s supremacy and he’s celebrated, but he never mentions economy or any issues that is presented these days as a pivotal by the Medias. There is provocation but the candidate’s platform is alien to reality. No doubt Clooney wanted to pinpoint how absurd politicians may be.
There are women too in this men’s world: a perfect wife who wants to help her husband, New York Times journalist Ida Horowicz (Marsa Tomei) looking for scoops and a pretty intern called Molly (Evan Rachel Wood), the daughter of a powerful tycoon, who has sex with her boss. Those women are all cheated one way or another. So they try to manipulate men but they fail most of the time. And we get this image of women as men’s playthings. The reality of machismo pervades the movie.
Anyway, the title The Ides of March suggests a little more than what happens in the film but Clooney’s charisma and Gosling’s tortured look will make you forget that detail.
And Mr. Clooney manages to maintain suspense to the endWho will win those primaries? How? How will Stephen Meyers face the upheavals in his career? He seems to have his own limits for tricks, but will he keep manipulating people to further his own interests?
If you want to know, you have to see The Ides of MarchWhat else?
Rate: ****

Toujours plus haut
Le premier film de George Clooney Les Marches du pouvoir  montre comment la lutte pour le pouvoir peut rendre les gens « apathiques et cyniques » comme se décrit un directeur de campagne fictif.
L’histoire se déroule de nos jours dans l’Ohio pendant les primaires démocrates qui opposent le sénateur Pullman (Michael Mantell) – qu’on apercevra peu au cours du film – au gouverneur de l’Iowa Mike Morris, joué par George Clooney. On regarde surtout la bataille stratégique entre les membres de leurs cabinets de campagne et au sein d’un même cabinet.
Vous verrez comment le directeur de la campagne de Morris, Paul Zara (Philip Seymour Hoffman), et son ingénieux assistant Stephen Meyers (Ryan Gosling, découvert dans Drive) tentent de déjouer les stratagèmes du directeur de campagne adverse, Tom Duffy (Paul Giamatti). ême si le thème des gens corrompus par le milieu politique n’est pas nouveau, comme celui du jeune adjoint qui brigue le poste de son supérieur, vous en apprendrez des moyens qu’ils utilisent et des tromperies qu’ils subissent,.
M. Clooney exprime aussi des contradictions dans sa campagne fictive: le gouverneur parle de la protection de l’environnement, de la paix dans le monde et du retour de la suprématie américaine et toute l’assistance l’applaudit, mais il n’évoque jamais l’économie, ni aucun des problèmes les plus importants de l’actualité. Il y a de la provocation, mais les propositions du candidat ne sont pas claires ou peu réalisables. Clooney voulait sans aucun doute souligner l’absurdité du monde politique.
On rencontre quand même des femmes dans ce monde d’hommes: la gentille épouse qui veut aider son mari, la journaliste du New York Times, Ida Horowicz (Marsa Tomei) à la recherche du scoop et la jeune et jolie stagiaire, fille d’un homme puissant, qui couche avec son patron. Ces femmes sont toutes dupées à un moment ou un autre. Alors elles essaient de manipuler les hommes, et la plupart du temps elles échouent. Elles ne sont que les choses des hommes et on perçoit  bien la réalité du machisme.
En tout cas, le charisme de George Clooney et le regard torturé de Ryan Gosling vous feront oublier n’importe quel détail désagréable.
Et Clooney réussit à maintenir le suspense. On se demande qui va gagner ces primaires, et comment. On suit avec attention la manière dont le jeune Stephen Meyers va faire face aux bouleversements de sa carrière. En effet, il a l’air de s’être imposé des limites dans sa façon de manipuler son entourage, mais dépassera-t-il ses propres limites pour arriver à ses fins ?
Vous aurez la réponse à ces questions en regardant Les Marches du pouvoir. Mais attention de ne pas trébucher…
Note : ****
Deborah

dimanche 18 mars 2012

127 hours - FILM REVIEW

When minutes seem like hours…

127 hours is a movie inspired by a true story. It was written and directed by Simon Beaufoy and Danny Boyle with three main actors: James Franco, Amber Tamblyn and Kate Mora and released in 2010.

I saw the movie recently and was looking forward to seeing it. To be truthful, it was quite disappointing to me.

The story takes place in Utah, more particularly in the Blue John Canyon. Aron Ralston, a foolish young man, fond of climbing, decides to go biking and climbing in this canyon. Of course, as usual, he doesn’t tell anyone where he is going and sets off to the canyon. Listening to some hard rock music, he bikes all day long. One day, he meets two girls who seem lost and helps them, spends some time showing them secret places of the canyon and then leaves them to continue his trip. He finally gets stuck: his arm is trapped between an enormous boulder and the canyon rock. After vain efforts to get himself out, he alternates between moments of despair, flash-backs of the people who counted for him and filming himself with his camera. He will stay 127 hours stuck by this boulder before… dying? Or getting out? You will have to watch the movie.

The thing I really liked about this film is the fact that it is the reproduction of a real story. Given that it is inspired by reality, it is very realistic. The movie also shows the beautiful canyons of Utah and breathtaking landscapes. The soundtrack and visual effects fit each scene.

The character’s flash-backs were moving because they were simple and unique. You could identify yourself with Aron at some moments. At the beginning, when you see how stupid the guy is, you find some scenes hilarious as when, after falling off his bike, he takes a picture of himself.

The fact that Aron is completely thoughtless makes him even more engaging, like a child. He is guileless and thinks his plan is flawless, that he is invincible until he gets stuck. The end of the film is really spectacular because of the visual effects and the violence that the young man uses against himself.

Although there were great things, the movie is still far from perfection. Except for the beginning with the two girls, the moment he gets trapped and the end, the movie was absolutely boring. It was really unoriginal and disappointing. All you see is a man with his arm caught for two hours. The flash-backs were interesting but not so numerous and it was repetitive: the guy always asked the same questions, did the same things… Maybe you think I am heartless to say that while a poor man is between life and death but I found the movie cruelly uninteresting apart from the few moments of action.

The fact is that with all the positive reviews about the movie, I was expecting a really good film. I guess that is why I am so severe about it.

As far as characterization is concerned, there is not much to say because the main character is the hero, Aron Ralston. As I said before, he is attaching because of his ingenuity and his stupidity. James Franco performed this role really well.

The other characters and extras were not bad but I could not judge them because they did not show up very frequently. Maybe no-nonsense people will not appreciate Aron's foolishness.

To sum up, I dare say the movie is boring and it is some sort of a waste of time to watch it. That is my opinion, however, and I invite you to see it, just for the really moving moments and to know the end of course. Enjoy!


Star rating: 2.5/5


Clara


Critique du film 127 heures

Quand les minutes paraissent durer des heures…

127 heures est un film inspiré d’une histoire vraie. Il a été écrit et réalisé par Simon Beaufoy et Danny Boyle et est sorti en 2010. Il y a dans ce film trois acteurs principaux : James Franco, Amber Tamblyn et Kate Mora. Je n’ai vu le film que récemment et avais hâte de le voir. Pour être tout à fait honnête, il m’a paru très décevant.

Le film se déroule dans le Blue John Canyon, dans l’Utah. Aron Ralston, jeune aventurier fou d’escalade, décide d’aller faire du vélo dans ce canyon. Bien sûr, fidèle à ses habitudes, il ne prévient personne de l’endroit où il se rend et part pour le canyon. Il fait du vélo toute la journée, en écoutant du hard rock. Un jour, il rencontre deux jeunes femmes qui semblent perdues. Il les aide, passe un peu de temps à leur montrer tous les recoins et cachettes du canyon puis les quitte afin de poursuivre sa route. Il est finalement pris au piège : son bras est coincé entre un énorme rocher et la roche du canyon. Après de vains efforts pour essayer de se libérer, il alterne entre les moments de pur désespoir, les pensées pour ses proches et se filmer avec son appareil photo. Il restera bloqué 127 heures par ce rocher avant de… mourir ? S’en sortir ? C’est à vous de le découvrir en allant voir le film.

Ce que j’ai vraiment apprécié dans ce film, c’est le fait que c’est une pure et simple reproduction de la réalité. Étant donné qu’il est inspiré de faits réels, il est évidemment très réaliste. Le film nous fait aussi découvrir les magnifiques canyons de l’Utah et d’autres paysages attrayants. La musique et les effets spéciaux étaient adaptés à chaque scène.

Les flash-backs du personnage étaient émouvants parce qu’ils étaient simples et uniques. On pouvait par moment s’identifier à Aron. Au début, lorsque l’on se rend compte de la stupidité du jeune homme, on sourit par moments comme lorsqu’il se prend en photo, la tête dans le sable après une chute de son vélo.

Le fait qu’Aron soit si inconscient le rend encore plus attachant, comme un enfant. Il est naïf et pense que son plan est sans faille jusqu’à ce qu’il soit pris au piège par le rocher. La fin du film est spectaculaire de par ses effets spéciaux et la violence dont le personnage fait preuve envers lui-même.

Bien qu’il y ait de très bonnes choses dans ce film, il est bien loin de la perfection. Si l’on exclut le moment avec les deux jeunes femmes, celui où il se coince et la fin, on peut affirmer que le film est tout à fait ennuyeux. Il manque d’originalité et m’a paru décevant. Tout ce que l’on voit, c’est un homme pris au piège pendant deux heures. Les flash-backs étaient intéressants mais trop peu nombreux. Le film était répétitif : Aron se posait tout le temps les mêmes questions, effectuait toujours les mêmes actions… Peut-être pensez-vous que je suis sans cœur de dire cela alors qu’un jeune homme se trouvait entre la vie et la mort mais j’ai trouvé ce film cruellement inintéressant, exceptés les rares moments d’action.

Le fait est qu’avec toutes ces critiques extrêmement positives sur le film, je m’attendais vraiment à quelque chose d’exceptionnel. Ce doit être pour cela que je porte sur 127 heures un jugement aussi sévère.

Il y a peu de choses à dire sur les personnages vu que le seul personnage principal est Aron Ralston. Comme je l’ai dit précédemment, sa naïveté est attachante. James Franco a, à mon avis, très bien interprété le rôle. Les autres personnages et figurants n’étaient pas mauvais mais je n’ai pas pu les juger du fait de leurs trop rares apparitions dans le film. Peut-être que le caractère un peu inconscient et fou d’Aron ne plaira pas à des personnes un peu blasées.

En conclusion, je pense vraiment que le film est ennuyeux et que c’est une perte de temps. Cela reste cependant mon opinion et je vous invite à aller le voir, ne serait-ce que pour les moments émouvants et bien sûr, pour connaître la fin !

Note sur 5 : 2.5/5

Clara

samedi 17 mars 2012

Film Review : Black Swan


Not so black swan

Breathtaking is the only word that comes to the mind. From the beginning to the last second of this phenomenal thriller, you’ll be captivated by the dark atmosphere in the wings of the New York City Ballet Company.

Nina Sayers is a young and talented dancer from the NYC Ballet Company, living with her retired mother. She has a sweet and poised life without problems. Everything starts to change when she is selected to be the new Swan Queen of the company to interpret the famous Swan Lake Ballet. Usually so calm, kind and so sweet, Nina starts to suffer from a scaring schizophrenia which will turn herself into the black swan she had always tried to incarnate for the show.

 What I liked most in this movie is the technical aspect of the work that dancers have to perform everyday and the pressure they often suffer from - including anorexia which Nina is a victim of - is well illustrated and shows the real life of professional dancers. I loved the plot which was absolutely perfect; a bit fantastic but also really credible because of the details and the talent of the actors.

The effects used, especially at the end, are both spectacular and accurate. The music is also well chosen, a little bit stressing at times with Tchaikovsky’s Swan Lake.

            Even if the plot is very well designed, it’s definitely difficult to understand. I had to see the film twice to be sure. Maybe it would be clearer to signal when Nina’s life is real or when she becomes crazy. Her life and her dreams are mixed, it’s quite confusing.

            Natalie Portman who acted as Nina Sayers was absolutely perfect in her role. Both sensitive and fragile, she conveys her fears, her feelings, with excellence. She also gives a perfect image of professional dancers, how they could abandon everything to focus on their passions, how they often suffer from anorexia… The French actor Vincent Cassel was also really compelling in the role of the pervert teacher, and I loved Mila Kunis in the role of Lily, a dark and mysterious girl who is the perfect opposite of the sweet Nina.

            The bottom line is you have to see this movie, a superb mix between a horror film and a thriller, a bit fantastic but also scarily real. Definitely a great moment of cinema!











Star Rating: 4 out of 5 

Plusieurs Oscars et nominations ? C’est un cygne...

Ce film est à couper le souffle. Il vous emporte, vous entraîne et vous enferme dans un univers effrayant et oppressant dans le cadre de la danse classique, qui donne habituellement une image si douce. Dans l’atmosphère sombre et dérangeante des coulisses de la compagnie du New York City Ballet, vous serez captivé par l’histoire hors du commun d’une jeune danseuse assoiffée de perfection et de réussite qui perd le contrôle de son esprit.

Nina Sayers est danseuse au New York City Ballet depuis huit ans. Elle vit avec sa mère, elle-même ancienne danseuse à la retraite. Elle mène une vie tranquille et se donne à fond pour sa passion. Mais sa vie bascule le jour où elle est nommée pour danser la reine des cygnes. Peu à peu elle sombre dans une schizophrénie effrayante due à la pression que son nouveau rôle engendre. Nina travaille sans relâche pour perfectionner le cygne noir, incarnation du mal, qui est l’opposé de son caractère, incarnation du bien. Ce travail l’obnubile tellement qu’elle va elle-même se transformer en une fille violente et agressive et perdre peu à peu le contrôle de son corps et de son esprit pour devenir un « cygne noir ».

Ce que j’ai adoré ? C’est bien évidemment l’aspect technique du film car les mouvements et le travail des danseurs sont fidèlement interprétés et montrés. Tout comme la pression qu’ils subissent au quotidien. L’intrigue est subtile et bien déroulée tout au long du film, elle tend vers le fantastique mais reste tout de même très crédible grâce à un nombre hallucinant de détails et de précisions, ainsi qu’aux excellentes prestations des acteurs. Les effets spéciaux sont assez spectaculaires notamment quand Nina se transforme réellement en cygne. La musique souvent stressante et intrigante est aussi très appréciable. On peut noter que l’on retrouve Le Lac des Cygnes de Tchaïkovski comme bande son originale.

Seul bémol, l’intrigue est tellement bien ficelée que l’on a parfois du mal à faire le point. Certains éléments restent assez confus et il aurait été préférable de préciser quels sont les évènements de la vie de Nina qui se passent réellement pour les différencier de ses moments de délire.

Quand aux acteurs ils sont tous plus excellents les uns que les autres ! Je me dois de souligner la prestation remarquable de Natalie Portman dans le rôle de Nina. Elle incarne un personnage fragile et doux mais tellement peu sur d’elle. A travers son interprétation elle nous transmet ses peurs et son stress que l’on ressent presque à ses côtés. L’acteur français Vincent Cassel est également très bon dans le rôle du professeur de danse pervers. J’ai aussi beaucoup aimé la ténébreuse Mila Kunis dans le rôle de Lily. C’est un personnage intriguant et sombre, sensuel et quelque peu démoniaque. Un très bon choix d’actrice pour contraster avec l’héroïne.

En conclusion j’incite tout le monde à voir ce film à la limite entre le film d’horreur et le thriller. Envoutant et choquant vous en sortirez bouleversés comme il se doit après un grand moment de cinéma.

Elisa C.